Sidi Mouloud Chouaïbi – Saint patron de Ténès

Ténès est connue pour ses mosquées et sa zaouïa. Cette dernière construite en 1872 (1285 de l’hégire) est l’œuvre de Sidi Mouloud Chouaïbi.

 

Natif de la région de Ténès, l’éminent théologien y a vu le jour en 1838.
Mouloud ben Ali ben Mouloud ben Mohamed ben Maâmmar ben Biskri ben Abou Chouaïb dit Chouaïbi a commencé à étudier les sciences islamiques en 1864 à la mosquée Zitouna de Tunis. Deux années durant, il sera placé sous la houlette du maître Mohamed-Tahar Ben Achour qui lui enseignera le fiqh. A partir de 1867, il part parfaire ses connaissances à la mosquée Al Azhar du Caire, encadré par le grand mufti Malikite Muhammad Elîsh. De retour en Algérie après cinq ans de formation, il s’installe dans sa région natale où il se consacre à la propagation du rite de la tariqa Chadhiliyya, très répandue entre Khemis Miliana et le Bas-Chelif.

Sidi Mouloud Chouaïbi

A son retour à Ténès, il entreprend la construction d’une zaouïa connue sous le nom de zaouïa de Sidi Mouloud Chouaïbi. Cette dernière construite dans le massif du Dahra, surplombant le Bas-Chelif est composée d’une mosquée, d’une zaouïa, de la maison du cheikh de la zaouïa, de classes pour l’enseignement et de lieux d’hébergement pour les disciples.

Marabout de Sidi Merouane

Pendant plus de quatre décennies, Sidi Mouloud Chouaïbi se consacre à l’enseignement religieux, transmettant à ses élèves ses connaissances sur le saint Coran ainsi que sur toutes les autres sciences islamiques enseignées à Al Azhar et ce jusqu’à sa mort survenue en 1918.

Maîtres tunisiens et égyptiens de Cheïkh Chou’aïbi, document écrit par un de ses élèves

Il est enterré dans un mausolée dans l’enceinte même de la zaouïa. Ce mausolée est constitué d’un dôme contenant une châsse recouvrant la tombe du saint homme. Les adeptes et visiteurs y viennent en pèlerinage pour faire des offrandes et des prières selon les préceptes de la référence religieuse algérienne.

Hassina Amrouni

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire plus

Fédération de France du FLN : L’apport financier en chiffres

La plus grande contribution de la communauté algérienne établie en France à l’effort de guerre, fut principalement financière. La Fédération de France du FLN...

Patrimoine cultuel : La Zaouia de Sidi Sahnoun

On ne peut parler de Djemâa Saharidj, de son patrimoine, de ses richesses et des personnalités qui ont écrit ses pages d’histoire sans évoquer...

Bataille du Mont Asfour-Retour sur un haut fait d’armes

Les 24 et 25 février 1956, le mont Asfour, dans les Aurès, a connu une bataille sanglante où les éléments de l’ALN ont fait...

Recent

Djemâa Saharidj et son patrimoine : des trésors à ciel ouvert

Lorsqu’on déambule dans le village de Djemâa Saharidj, ses rues et ruelles nous racontent mille et une histoires. Ses pierres, ses sources d’eau content...

Exhérédation des femmes kabyles : Tout a commencé à Djemâa Saharidj

Lorsqu’on évoque la question de l’héritage chez les Kabyles, revient la question de l’exhérédation des femmes kabyles. Si, de nos jours, cette pratique n’est...

Malika Mokeddem et Yasmina Khadra – Icônes de la littérature algérienne

Tous deux natifs de Kenadsa, Malika Mokeddem et Mohamed Moulessehoul plus connu sous le nom de Yasmina Khadra ont offert à la littérature algérienne...