Si M’Hamed Kouadri et Noureddine Morceli – Le poète et l’athlète

Des personnalités originaires de la ville de Ténès, les Ténésiens s’enorgueillissent du parcours de deux enfants de la région : le poète Si M’Hamed Kouadri et l’athlète, médaillé olympique, Noureddine Morceli.

 

Descendant direct de la famille de l’Emir Abdelkader, Si M’Hamed Kouadri est né à Orléansville (actuelle Chlef) le 1er décembre 1892.

Si M’Hamed Kouadri

Après un diplôme de médecine obtenu à l’université d’Alger, il part travailler à Fès, au Maroc. Là-bas, il devient « tabib el arbi » (médecin arabe). Parallèlement à la pratique de la médecine, Si M’Hamed Kouadri griffonne à ses heures perdues des strophes sur des bouts de papier. Ce qui semble au départ qu’un moment d’évasion et de solitude devient vite une passion. Faisant connaître ses écrits, Si M’Hamed Kouadri finit par devenir un poète célèbre et adulé par ses pairs qui découvrent ainsi sa sensibilité à fleur de peau et son écriture délicate. Sa participation à des concours de poésie, notamment celui de l’Académie des jeux floraux du Languedoc, lui vaudra plusieurs récompenses. Même le grand Léopold Sedar Senghor lui rendra hommage dans l’un de ses poèmes, après avoir été soigné par Si M’Hamed Kouadri lorsqu’il était tirailleur dans l’armée française.

Si M’Hamed Kouadri en famille

Marié à la fille d’une grande famille de l’Ouarsenis, la princesse Oum Cheikh Ben Bouali, Si M’Hamed Kouadri mourut en 1964 à Ténès.

Noureddine Morceli, l’étoile des pistes

Descendant direct de la famille de l’Emir Abdelkader, Si M’Hamed Kouadri est né à Orléansville (actuelle Chlef) le 1er décembre 1892.
Après un diplôme de médecine obtenu à l’université d’Alger, il part travailler à Fès, au Maroc. Là-bas, il devient « tabib el arbi » (médecin arabe). Parallèlement à la pratique de la médecine, Si M’Hamed Kouadri griffonne à ses heures perdues des strophes sur des bouts de papier. Ce qui semble au départ qu’un moment d’évasion et de solitude devient vite une passion. Faisant connaître ses écrits, Si M’Hamed Kouadri finit par devenir un poète célèbre et adulé par ses pairs qui découvrent ainsi sa sensibilité à fleur de peau et son écriture délicate. Sa participation à des concours de poésie, notamment celui de l’Académie des jeux floraux du Languedoc, lui vaudra plusieurs récompenses. Même le grand Léopold Sedar Senghor lui rendra hommage dans l’un de ses poèmes, après avoir été soigné par Si M’Hamed Kouadri lorsqu’il était tirailleur dans l’armée française.
Marié à la fille d’une grande famille de l’Ouarsenis, la princesse Oum Cheikh Ben Bouali, Si M’Hamed Kouadri mourut en 1964 à Ténès.

Hassina Amrouni

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire plus

HISTOIRE MILITAIRE : L’espion de l’empereur Napoléon 1er à Alger : Vincent-Yves BOUTIN

CONTRIBUTION :PAR Maître Serge PAUTOT Ancien coopérant en Algérie, docteur en Droit, avocat au barreau de Marseille, auteur de l’ouvrage « France-Algérie, du côté des deux...

Bataille de Djebel Béchar-Le colonel Lotfi et ses compagnons tombent en martyrs

Le 27 mars 1960, Djebel Béchar a été le théâtre d’une bataille sanglante qui a coûté la vie à l’un des grands noms de...

Le commando Georges – Les harkis reviennent cette semaine !

Face à la ténacité de la résistance du peuple algérien et à son engagement irréversible aux côtés de son Armée de libération nationale, l’armée...

Recent

Le chahid Hihi Mekki Un chef exemplaire

Le chahid Hihi Mekki est né le 25 octobre 1932 à Aïn Beida, dans la wilaya d’Oum El-Bouagui, d’un père postier qui s’appelait Lamine,...

Guerre de libération : Aïssat Idir, père du syndicalisme algérien

Il y a 60 ans, Aïssat Idir devenait martyr de notre glorieuse révolution de novembre. Djemâa Saharidj, son berceau natal, le commémore chaque année,...

Le commando Georges – Les harkis reviennent cette semaine !

Face à la ténacité de la résistance du peuple algérien et à son engagement irréversible aux côtés de son Armée de libération nationale, l’armée...