Si M’Hamed Kouadri et Noureddine Morceli – Le poète et l’athlète

Des personnalités originaires de la ville de Ténès, les Ténésiens s’enorgueillissent du parcours de deux enfants de la région : le poète Si M’Hamed Kouadri et l’athlète, médaillé olympique, Noureddine Morceli.

 

Descendant direct de la famille de l’Emir Abdelkader, Si M’Hamed Kouadri est né à Orléansville (actuelle Chlef) le 1er décembre 1892.

Si M’Hamed Kouadri

Après un diplôme de médecine obtenu à l’université d’Alger, il part travailler à Fès, au Maroc. Là-bas, il devient « tabib el arbi » (médecin arabe). Parallèlement à la pratique de la médecine, Si M’Hamed Kouadri griffonne à ses heures perdues des strophes sur des bouts de papier. Ce qui semble au départ qu’un moment d’évasion et de solitude devient vite une passion. Faisant connaître ses écrits, Si M’Hamed Kouadri finit par devenir un poète célèbre et adulé par ses pairs qui découvrent ainsi sa sensibilité à fleur de peau et son écriture délicate. Sa participation à des concours de poésie, notamment celui de l’Académie des jeux floraux du Languedoc, lui vaudra plusieurs récompenses. Même le grand Léopold Sedar Senghor lui rendra hommage dans l’un de ses poèmes, après avoir été soigné par Si M’Hamed Kouadri lorsqu’il était tirailleur dans l’armée française.

Si M’Hamed Kouadri en famille

Marié à la fille d’une grande famille de l’Ouarsenis, la princesse Oum Cheikh Ben Bouali, Si M’Hamed Kouadri mourut en 1964 à Ténès.

Noureddine Morceli, l’étoile des pistes

Descendant direct de la famille de l’Emir Abdelkader, Si M’Hamed Kouadri est né à Orléansville (actuelle Chlef) le 1er décembre 1892.
Après un diplôme de médecine obtenu à l’université d’Alger, il part travailler à Fès, au Maroc. Là-bas, il devient « tabib el arbi » (médecin arabe). Parallèlement à la pratique de la médecine, Si M’Hamed Kouadri griffonne à ses heures perdues des strophes sur des bouts de papier. Ce qui semble au départ qu’un moment d’évasion et de solitude devient vite une passion. Faisant connaître ses écrits, Si M’Hamed Kouadri finit par devenir un poète célèbre et adulé par ses pairs qui découvrent ainsi sa sensibilité à fleur de peau et son écriture délicate. Sa participation à des concours de poésie, notamment celui de l’Académie des jeux floraux du Languedoc, lui vaudra plusieurs récompenses. Même le grand Léopold Sedar Senghor lui rendra hommage dans l’un de ses poèmes, après avoir été soigné par Si M’Hamed Kouadri lorsqu’il était tirailleur dans l’armée française.
Marié à la fille d’une grande famille de l’Ouarsenis, la princesse Oum Cheikh Ben Bouali, Si M’Hamed Kouadri mourut en 1964 à Ténès.

Hassina Amrouni

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire plus

Chahida Massika Ziza-La rebelle des Aurès

La chahida Massika Ziza a eu un parcours glorieux qui l’a conduite, dès les premières heures de la guerre de libération nationale, sur les...

Djemâa Saharidj, le village aux 99 sources

Situé à une trentaine de km à l’Est de Tizi-Ouzou, le chef-lieu de wilaya, le village de Djemâa Saharidj, dépendant de la commune de...

La guerre d’Algérie vue des Pays-Bas

Éclairant un pan totalement méconnu de la guerre d’Algérie, Nicolas Pas propose un premier aperçu sur la perception du conflit aux Pays-Bas, où silence...

Recent

Bataille du Mont Asfour-Retour sur un haut fait d’armes

Les 24 et 25 février 1956, le mont Asfour, dans les Aurès, a connu une bataille sanglante où les éléments de l’ALN ont fait...

Patrimoine cultuel : La Zaouia de Sidi Sahnoun

On ne peut parler de Djemâa Saharidj, de son patrimoine, de ses richesses et des personnalités qui ont écrit ses pages d’histoire sans évoquer...

Fédération de France du FLN : Des noms et des lieux

Lorsque Mohamed Boudiaf charge Mourad Tarbouche de structurer le FLN dans l’émigration, il lui suggère d’être offensif et de s’appuyer sur les militants issus...