Si M’Hamed Kouadri et Noureddine Morceli – Le poète et l’athlète

Des personnalités originaires de la ville de Ténès, les Ténésiens s’enorgueillissent du parcours de deux enfants de la région : le poète Si M’Hamed Kouadri et l’athlète, médaillé olympique, Noureddine Morceli.

 

Descendant direct de la famille de l’Emir Abdelkader, Si M’Hamed Kouadri est né à Orléansville (actuelle Chlef) le 1er décembre 1892.

Si M’Hamed Kouadri

Après un diplôme de médecine obtenu à l’université d’Alger, il part travailler à Fès, au Maroc. Là-bas, il devient « tabib el arbi » (médecin arabe). Parallèlement à la pratique de la médecine, Si M’Hamed Kouadri griffonne à ses heures perdues des strophes sur des bouts de papier. Ce qui semble au départ qu’un moment d’évasion et de solitude devient vite une passion. Faisant connaître ses écrits, Si M’Hamed Kouadri finit par devenir un poète célèbre et adulé par ses pairs qui découvrent ainsi sa sensibilité à fleur de peau et son écriture délicate. Sa participation à des concours de poésie, notamment celui de l’Académie des jeux floraux du Languedoc, lui vaudra plusieurs récompenses. Même le grand Léopold Sedar Senghor lui rendra hommage dans l’un de ses poèmes, après avoir été soigné par Si M’Hamed Kouadri lorsqu’il était tirailleur dans l’armée française.

Si M’Hamed Kouadri en famille

Marié à la fille d’une grande famille de l’Ouarsenis, la princesse Oum Cheikh Ben Bouali, Si M’Hamed Kouadri mourut en 1964 à Ténès.

Noureddine Morceli, l’étoile des pistes

Descendant direct de la famille de l’Emir Abdelkader, Si M’Hamed Kouadri est né à Orléansville (actuelle Chlef) le 1er décembre 1892.
Après un diplôme de médecine obtenu à l’université d’Alger, il part travailler à Fès, au Maroc. Là-bas, il devient « tabib el arbi » (médecin arabe). Parallèlement à la pratique de la médecine, Si M’Hamed Kouadri griffonne à ses heures perdues des strophes sur des bouts de papier. Ce qui semble au départ qu’un moment d’évasion et de solitude devient vite une passion. Faisant connaître ses écrits, Si M’Hamed Kouadri finit par devenir un poète célèbre et adulé par ses pairs qui découvrent ainsi sa sensibilité à fleur de peau et son écriture délicate. Sa participation à des concours de poésie, notamment celui de l’Académie des jeux floraux du Languedoc, lui vaudra plusieurs récompenses. Même le grand Léopold Sedar Senghor lui rendra hommage dans l’un de ses poèmes, après avoir été soigné par Si M’Hamed Kouadri lorsqu’il était tirailleur dans l’armée française.
Marié à la fille d’une grande famille de l’Ouarsenis, la princesse Oum Cheikh Ben Bouali, Si M’Hamed Kouadri mourut en 1964 à Ténès.

Hassina Amrouni

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire plus

Djemâa Saharidj, le village aux 99 sources

Situé à une trentaine de km à l’Est de Tizi-Ouzou, le chef-lieu de wilaya, le village de Djemâa Saharidj, dépendant de la commune de...

Alla, Le maître du Foundou

Originaire de Béchar, Abdelaziz Abdallah a accédé à l’universalité grâce à la musique traditionnelle sahraouie, le foundou, à laquelle il a donné ses plus...

Le commando Georges un triste palmarès

La mission principale qui était assignée aux hommes du commando Georges était de collecter des informations auprès de la population et de traquer éventuellement...

Recent

Mosquée de Ténès – Un patrimoine cultuel ancestral

Edifiée entre les IXe et XIe siècles, la mosquée Sidi Bou Maïza serait l’œuvre des Idrissides. Bien qu’elle ait subi d’importants dégâts lors du grand...

L’Hadj Arezki Ouhouach : Le poète mystique de Djemâa Saharidj

Les poètes et bardes de la Kabylie du XIXe jusqu’au début du XXe siècle étaient connus pour leur poésie orale qu’ils déclamaient au gré...

Zaouia de Kenadsa-Patrimoine Cultuel de Bechar

Situé à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de la ville de Bechar, le village de Kenadsa est surtout connue pour son ksar et...