Portrait du Pr Mohamed Eddaikra dit Commandant Si Abdelmadjid – Le martyr de Ténès

Durant la guerre de libération nationale, la région de Ténès, à l’instar de toutes les autres régions du pays, a vu ses enfants s’engager dans la lutte contre le colonialisme. De nombreux martyrs sont tombés sur l’autel de la liberté, parmi eux Pr Mohamed Eddaikra dit commandant Si Abdelmadjid.

Natif du Vieux Ténès, il y a vu le jour le 9 mai 1929 au sein d’une famille modeste et conservatrice de neuf enfants (5 garçons et 4 filles) dont il est l’aîné.
Fonctionnaire à la mairie de Sidi Akkacha, le père de Mohamed Eddaikra figurait parmi les personnalités, très appréciées et respectées de la région. Le père, conscient de l’importance de l’instruction dans la construction d’une forte personnalité, n’hésitera pas à inscrire ses enfants à l’école afin de leur permettre d’accéder à ce savoir qui allait leur permettre plus tard de prendre leurs destinées en main.


La maman, elle, native de Cherchell, bien qu’analphabète, n’en sera pas moins une mère aimante qui apprendra à ses enfants tous les principes d’une bonne éducation basée sur des valeurs propres à la société algérienne et à la religion musulmane.
Inscrit dès l’âge de 4 ans à l’école coranique de la mosquée Sidi Maïza du Vieux Ténès, Mohamed Eddaikra rejoindra les bancs de l’école publique trois années plus tard. Une fois ses études primaires terminées, il rallie Alger pour poursuivre ses études à l’Institut franco-musulman d’Alger (actuel lycée Amara-Rachid). C’est là qu’il fait la connaissance de plusieurs étudiants qui, comme lui, rejoindront plus tard l’ALN suite à l’appel aux étudiants du 19 mars 1956 tels que les martyrs Hocine Houania et Larbi Maâmar.
Après les années d’internat, Mohamed Eddaikra accède en 1945 en 5e. Il décroche son brevet ainsi que son diplôme d’arabe.

Larbi Ben M’hidi

Nommé au poste d’enseignant, il occupe ses premières fonctions au sein d’une école primaire d’Aflou entre 1949 et 1950, avant d’être muté à Ténès où il enseigne la langue arabe entre 1951 et 1955 à l’école du Vieux Ténès et au Collège d’enseignement moyen et primaire de Ténès (ex. Cours complémentaire).

Vieux Ténès, mosquée Sidi Maiza

Parallèlement à sa carrière d’enseignement, Mohamed Eddaikra milite secrètement avec ses amis de la médersa et son frère cadet Benali Eddaikra dit Si Fodhil, commissaire politique de la Wilaya IV qui mourra en martyr.

Djilali Bounaama

Animé d’une grande fibre nationaliste, Mohamed Eddaikra n’hésite pas à rejoindre dès le mois de mars 1956 les rangs de l’Armée de libération nationale. Il aura des contacts permanents avec Si Larbi Ben Mehdi et Si Djilali Bounaama dont il était proche. Membre de l’OCFLN, il en occupera la fonction de responsable politique jusqu’en septembre 1956.
Rejoignant ensuite les maquis de l’ALN dans la région de Baach, sous la direction du moudjahid Si Amar Belmahboub, c’est là que Mohamed Eddaikra dit Si Abdelmadjib tombe en martyr, lors d’un accrochage avec les troupes coloniales le 31 décembre 1956. Il avait 27 ans.

Afin que le sacrifice de ce jeune martyr ne soit pas oublié ni vain, la rue principale menant vers la mosquée de Sidi Maiza, ainsi que le Lycée de Ténès-Ville portent son nom. Par ailleurs, le 8e Promotion de fins d’études universitaires militaires de l’Ecole nationale préparatoire aux études d’ingéniorat (ENPEI de Rouiba), sous l’égide l’ANP, du 23 juin 2009 a été également baptisée au nom du chahid Mohamed Eddaikra.

Hassina Amrouni

Source :

https://twitter.com/bedaikha/status/680323879596867585/photo/1

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire plus

Chahid Abdelhamid Bourezg-Parcours d’un héros

Naissance Abdelhamid Bourezg est né le 19 novembre1930 à Maadid (kalaa et capitale des Hammadites) dans l’actuelle wilaya de Msila. Fils de Larbi et de...

Portrait du chahid Salhi Mohand Ouamer L’hyène de Tikejda

Il est l’un des vaillants martyrs de notre glorieuse révolution. Le chahid Salhi Mohand Ouamer a, très jeune, embrassé la cause nationale et il...

Youssef Ben Brahim-L’homme de main des mercenaires

L’hommage officiel qui lui a été rendu en 2010, en France, où le nom de ce grand harki de la région de Saïda, bras...

Recent

Zaouia de Kenadsa-Patrimoine Cultuel de Bechar

Situé à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de la ville de Bechar, le village de Kenadsa est surtout connue pour son ksar et...

Le commando Georges vu par un historien français

Très peu évoquée en Algérie, pour des raisons certainement liées à la sensibilité du sujet, l’histoire du commando Georges a toujours passionné les chercheurs...

Fédération de France du FLN : A l’ombre d’Omar Boudaoud

On ne peut pas parler de l’histoire ou du rôle de la Fédération de France du FLN durant la guerre de Libération nationale, sans...