L’Algérienne qui défia le colonel Bigeard

Si l’image de sa capture, avec deux moudjahidine entourés d’une cohorte de soldats français et de harkis en plein centre-ville de Saïda, a fait sensation à sa parution le 8 décembre 1959, peu de gens connaissent aujourd’hui l’héroïsme de cette femme, mineure à l’époque, face à la barbarie coloniale qu’incarnait le tristement célèbre colonel Bigeard, affecté pendant une année, avec comme mission de « pacifier » la région.

Cette photo, prise par un soldat français, montre la jeune femme Djamila, entre deux braves moudjahidine, Madani Bouziane et Mohamed Cheikh, ligotés et tenant des couteaux dans leurs bouches. Les trois venaient d’être arrêtés par des hommes du commando Georges, créé par le colonel Marcel Bigeard et constitué essentiellement de ralliés algériens.

La jeune moudjahida Djamila, entre les deux moudjahidine, Madani Bouziane et Mohamed Cheikh

La jeune femme s’appelle Fatima Naamaoui alias Djamila et, contrairement à ses deux compagnons, a eu la chance de survivre à la guerre. Trainés jusqu’à à la place principale de la ville de Saïda, les trois héros furent exposés à la population, avant d’être emmenés dans un camp d’internement où ils subiront les tortures les plus cruelles. Le colonel Bigeard profita de l’occasion pour haranguer la foule ce jour-là, en pérorant : « Je quitterai Saïda, l’esprit rassuré après la fin de ma mission ! »

Colonel Marcel Bigeard

Dans un témoignage, Djamila raconte les circonstances de son arrestation par les sbires du capitane Georges Grillot, chef du commando portant son prénom. Cela s’est passé à la ferme Hamdane Ali près de Saïda, le 7 décembre 1959, c’est-à-dire quatre mois, jour pour jour, après la visite « historique » du général de Gaulle à Saïda et l’hommage solennel qu’il avait rendu aux membres du commando Georges pour « le travail qu’ils faisaient » dans le cadre du projet de « pacification » qui lui était si cher. Ce jour-là, Mohamed Cheikh décida de descendre de la montagne pour mener une opération à l’occasion des fêtes de Noël. Les moudjahidine apprirent, dès l’aube, qu’ils étaient encerclés par l’ennemi. Ils sont alors allés se réfugier dans une cachette sous une écurie. Mais les soldats étaient vraisemblablement bien informés, grâce aux renseignements que leur avait fournis un « mouchard ».

Georges Grillot

Pendant le siège, les soldats leur demandèrent de se rendre, avant de les attaquer. S’ensuivit un accrochage violent. Après avoir épuisé leurs munitions et perdu, au passage, deux hommes : Bouzid, un artificier de Tighennif, et un moudjahid nommé Kada Moustache, les survivants furent arrêtés.

Djamila se souvient que, ce jour-là, elle portait les vêtements d’une vieille femme, son uniforme étant lavé. D’ailleurs, on voit bien dans la photo qu’elle est, en effet, vêtu « en civil ». Elle témoigne que l’armée coloniale avait découvert une quantité importante d’armes et de munitions qui étaient destinés au maquis. Ces armes avaient été ramenées par deux soldats algériens qui avaient déserté l’armée française.

Sur cette « parade » que Bigeard et ses hommes leur firent faire, Djamila raconte que la mort les guettait à tout moment. « Il faisait très froid lorsque Bigeard a décidé de nous faire défiler à travers les rues et ruelles de la ville de Saïda, pour semer la terreur et la peur dans les esprits de la population. Mais, malgré cela, j’entendais de temps en temps quelqu’un dire: « Tenez bon ! Tenez bon ! » D’autant plus que l’effroyable scène du moudjahid Ali Aouni, jeté depuis un hélicoptère, était encore vivace dans les esprits », se souvient-elle.

Ce qui lui a fait le plus mal, c’est lorsqu’elle entendit les harkis du commando Georges entonner devant elle des chants de fête, et aussi lorsqu’elle reçut un violent coup de crosse à la figure de la part d’un rallié, après lui avoir rappelé l’époque où il était avec les moudjahidine au djebel, avant de rallier l’armée française et d’intégrer le commando Gorges, sur instigation du chef politique Youssef Ben Brahim qui était son proche.

Dans son témoignage, elle se souvient également de ce harki qui menaça Mohamed Cheikh de lui percer la joue avec un couteau s’il ne le tenait pas dans sa bouche. Un autre harki, nommé Adda Sersar, lui aussi ancien membre de l’ALN, se montra encore plus cruel en la déshabillant au centre de torture. Elle raconte : « Toutes mes supplications ne m’ont été d’aucun secours. Je lui ai rappelé que c’était lui qui m’avait appris les soins infirmiers et les premiers secours au maquis avant de s’évader avec sa femme, elle-même moudjahida, pour rejoindre les Français. » Le couple a gagné la France après l’Indépendance. Mais, un jour, rongée par les remords, l’épouse de ce félon lui rendit visite chez elle pour lui demander pardon.

 

De g. à dr. : Un pilote ALAT, lieutenant Armand Bnenesis de Rotou et Adda Sersar, ancien chef de Katiba

Lors du procès, le juge lui a posé des questions sur les mobiles de son adhésion à la révolution, « malgré son niveau d’instruction ». Sa réponse fut sans appel : « J’ai appris à l’école française que Jeanne d’Arc s’est battue pour la libération de son pays, alors je voulais faire de même pour mon pays. » Elle sera condamnée à vingt ans de prison et restera six mois à la prison de Mascara, avant d’être transférée à Oran, puis à El-Harrach, en compagnie d’autres moudjahidate et fidayate, dont Zoubidour Halima, dite Mama et Souiah Houari.

Après un séjour à El-Harrach, elle fut transférée en France, d’abord à Marseille, puis à Rennes, où elle rencontrera les héroïnes de la bataille d’Alger, à l’image de Zohra Drif, Djamila Boupacha, Fatima Tandjaoui, Danielle Minne, Jacqueline Guerroudj, et d’autres.  Comme elles, Djamila ne sera libérée qu’à la signature des accords du cessez-le-feu, en mars 1962.

Adel Fathi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire plus

Chahid Abdelhamid Bourezg-Parcours d’un héros

Naissance Abdelhamid Bourezg est né le 19 novembre1930 à Maadid (kalaa et capitale des Hammadites) dans l’actuelle wilaya de Msila. Fils de Larbi et de...

L’Algérienne qui défia le colonel Bigeard

Si l’image de sa capture, avec deux moudjahidine entourés d’une cohorte de soldats français et de harkis en plein centre-ville de Saïda, a fait...

Patrimoine cultuel : La Zaouia de Sidi Sahnoun

On ne peut parler de Djemâa Saharidj, de son patrimoine, de ses richesses et des personnalités qui ont écrit ses pages d’histoire sans évoquer...

Recent

Guerre de libération : Aïssat Idir, père du syndicalisme algérien

Il y a 60 ans, Aïssat Idir devenait martyr de notre glorieuse révolution de novembre. Djemâa Saharidj, son berceau natal, le commémore chaque année,...

Fédération de France du FLN Comment mener une guerre « sans armes »

Très tôt, les dirigeants de la Révolution se sont rendus compte de l’importance vitale d’un redéploiement sur le sol français pour le succès de...

Mosquée Sidi M’hammed Ben Bouziane-Un site mémoriel

Lorsqu’il bâtit au XVe siècle le petit ksar Laâwina (la petite source), le vénérable saint homme, Sid El Hadj Abderrahmane y édifia une mosquée...