Le vaillant martyr de Draâ El-Mizan
Ali Mellah

Par Hassina AMROUNI
Publié le 03 sep 2019
A l’instar d’autres villes du pays, Draâ-El-Mizan a donné en sacrifice pour la liberté de l’Algérie et de son peuple quelques-uns de ses vaillants enfants.
Ouamrane
Ali Mellah à gauche

Ali Mellah, l’un des martyrs de la glorieuse Révolution de Novembre, est natif de Draâ El-Mizan.
Il voit le jour en 1924 au douar Taka à M’Kira, dans la commune de Draâ El-Mizan. Issu d’un milieu familial modeste, Ali dont le père est imam reçoit une solide éducation religieuse au sein des différentes écoles coraniques et zaouïas qu’il fréquente dès le jeune âge.
A l’âge de 21 ans, le jeune homme, qui vit au quotidien les injustices subies par la population algérienne, s’intéresse de plus en plus au militantisme politique, convaincu que l’implication de chacun est, à n’en pas douter, l’unique voie de salut pour l’Algérie.
Il rejoint donc à cet âge le PPA. Son courage, voire son engagement le propulse très vite au poste de responsable de kasma (secteur) de son village.
En 1947, alors qu’il mène une campagne électorale pour le MTLD, il se heurte pour la première fois à l’administration coloniale. Recherché par la police, Ali Mellah entre dans la clandestinité. Même lorsque son unique fils (Amar) voit le jour en 1948, il ne peut y assister de peur d’être arrêté. C’est donc caché sur un olivier non loin de chez lui qu’il guette la nouvelle de la venue au monde de son enfant.
Conscient du danger qui pèse sur l’un de ses membres, son parti décide de le muter à partir de 1948, l’envoyant d’abord à Tigzirt-sur-mer puis à Aïn-Bessam, Dellys, Sidi Daoud et Baghlia. Le 1er novembre 1954, Ali Mellah est à la tête des régions d’Azeffoun et de Tigzirt. Très actif sur le terrain, il est grièvement blessé à la jambe en 1955, ses responsables le somment de se replier pour soigner sa blessure et reprendre des forces, chose qu’il refuse catégoriquement, continuant à diriger son secteur malgré le traitement lourd et contraignant qu’il prend pour soigner sa jambe. Remis sur pieds quelques semaines plus tard, il renoue avec le terrain des combats et l’une des initiatives courageuses qu’il prendra le soin de favoriser, c’est la pénétration de la Révolution dans le Sud, à commencer par les régions de Sour El Ghozlane et Ksar El Boukhari. C’est d’ailleurs en tant que représentant du Sud algérien qu’il prend une part effective dans la préparation du congrès de la Soummam et c’est à ce titre qu’il devait participer à ce rendez-vous historique. Toutefois, une urgence signalée dans son secteur le contraint à rebrousser chemin. Il sera alors représenté par Amar Ouamrane, chef du maquis algérois qui lira le rapport sur le sud préparé par « Si Cherif », nom de guerre d’Ali Mellah. A la fin des travaux du congrès, le Sahara est érigé en Wilaya VI et placé sous son commandement. Grâce à son grand sens de la négociation, aux arguments qu’il parvenait à développer et surtout à son empathie, voire charisme, Ali Mellah, nommé colonel, membre suppléant du CNRA (Conseil national de la révolution algérienne), ne manquait aucune occasion pour réunir ses troupes pour jauger leur moral, s’adressant à elles avec empathie et déférence. Parfois, il leur dispensait des conférences politiques et religieuses, mettant à profit ses larges connaissances dans le domaine.
Un jour, quittant la vallée de la Soummam pour se rendre dans la Wilaya IV, Ali Mellah effectue à la nuit tombée une halte dans son douar pour rendre visite à sa famille. Ali Mellah qui n’a pas eu l’occasion de voir grandir son fils l’observe longuement plongé dans son sommeil. Comme s’il voulait emporter avec lui l’image tellement pure, il se penche pour l’embrasser, les larmes qu’il verse tombent sur le visage de son fils qui se réveille. Le père et le fils s’embrassent, pleurent ensemble. Ali Mellah fait ses adieux à ses proches et ce sera la dernière fois qu’ils le verront vivant.
Le colonel Si Cherif tombe en martyr sept mois plus tard, plus précisément le 31 mars 1957

Hassina Amrouni

Source :
http://rcdem.unblog.fr/histoire-dem/

DOSSIER

Une histoire parallèle

Les communistes dans la Révolution

MOUVEMENT NATIONAL

Le commandant Abderrahmane Bensalem, Le Lion des frontières

Témoignages sur le parcours du Commandant Abderrahmane Bensalem, l’un des glorieux baroudeurs de la Révolution algérienne.

FIGURES HISTORIQUES

L’homme qui portait la lumière sur son visage

Il y a 30 ans disparaissait le moudjahid Lakhdar Rebbah

GRANDES DATES

Le mardi noir de Ghazaouet

22 octobre 1958

MEMOIRE

Diva et … Moudjahida

Portrait de Fadila Dziria

CONTRIBUTION

Octobre 1958

Retour sur la bataille d'El Merdja