Ambassadeurs de la chanson algérienne
Ouazib, Neila et Chir

Par Hassina AMROUNI
Publié le 25 sep 2017
Djamel Chir, Mohand Ouazib et Neila Benbey ont, au moins, deux points communs : leur métier d’artiste et Birkhadem, leur berceau natal.
Neila Benbey
Mohand Ouazib

La benjamine, Neila Benbey y est née en 1973 mais, en 1994, elle vit à Barcelone, en Espagne. Passionnée de musique depuis son plus jeune âge, elle entame sa carrière musicale dans la capitale catalogne. Viscéralement et affectivement rattachée à ses racines algériennes voire méditerranéennes, l’artiste propose un style qui s’abreuve aux sources de toutes les sonorités qui font aujourd’hui son identité culturelle. Sa musique est un savant mélange de musique algérienne, de jazz, de pop…
Dans son album Algerian Soul, sorti en 2010, l’artiste propose à son public des deux rives un chant nostalgique, en revisitant à sa sauce musicale plusieurs titres du répertoire algérien.
Fêtant cette année ses 70 ans, Djamel Chira entamé sa carrière au sein des Scouts musulmans algériens. A l’âge de 16 ans, il rejoint l’orchestre de Smaïl Bestandji puis, après une série de concerts, il est engagé par Mahboub Bati pour accompagner à la derbouka ou aux chœurs, les artistes qui venaient enregistrer en studio à l’image de Kamel Hamadi, Samy El Djazayri ou encore Karima.
Recruté au sein de la radio par Taleb Rabah, il interprète sa première chanson Ouahmagh Dhi Ziniss qui aura un grand succès auprès du public. Dès lors, l’artiste ne fera que confirmer tout le bien qu’on pense de lui, en interprétant de sa superbe voix des textes pleins de poésie qui feront de lui l’un des ambassadeurs de la chanson kabyle.
De son côté, Mohand Ouazib n’est plus à présenter, tant sa riche carrière parle pour lui.
Originaire d’Abou Naâmane, il voit le jour en 1958 dans un refuge de moudjahidine, de Tazamat, dans la région d’Azzefoun. Installé très jeune à Birkhadem, Ouazib se tourne d’abord vers une carrière sportive, en pratiquant du football et de la boxe avant d’opter pour la chanson. Adhérant à l’Association culturelle AfusDeg Fus (la main dans la main) de Birkhadem, il s’initie à la musique. Son talent est dévoilé au cours d’une émission de la chaîne II intitulée Micro caché. C’est le début d’une belle et longue carrière artistique, faite de beaucoup de joie partagée avec un public nombreux et fidèle à ce chanteur à texte.

Hassina Amrouni

Sources :
Articles de la presse nationale quotidienne

FIGURES HISTORIQUES

PARCOURS SENSATIONNEL D’UN MOUDJAHID DE DELLYS

Si Hamoud Chaid dit Abderahmane raconte les péripéties de la Révolution du 1er Novembre 1954

GRANDES DATES

Rendre confiance aux militants et ressouder le mouvement national

Les actions du 1er novembre 1954 à Alger

GUERRE DE LIBERATION

La révolution sans frontières

L’aide du Maroc à la Révolution algérienne

MOUVEMENT NATIONAL

Ces Français … pas comme les autres

Ils ont soutenu la justesse de la cause nationale