Les résolutions du congrès de la Soummam

Par Boualem TOUARIGT
Publié le 27 sep 2017
De  g. à dr. : Youcef Zighoud, Abane Ramdane, Larbi Ben M'hidi, Krim Belkacem et Amar Ouamrane
De g.à dr. : Mostefa Benaouda, Lakhdar Bentobal, Larbi Ben M'hidi et Zighoud Youcef
le CCE

Le congrès de la Soummam a eu une importance capitale pour la conduite de la Révolution et son succès. Il a organisé les instruments politiques et militaires de la guerre de libération nationale. Les différentes zones de la Révolution (qui deviennent des wilayate) ont été délimitées territorialement. L’Armée de Libération Nationale est devenue une armée quasi régulière avec une hiérarchie, des grades, des commandements aux compétences bien définies. Le congrès de la Soummam a voulu faire des groupes de moudjahidine des combattants disciplinés, organisés obéissant à une tactique militaire adaptée au terrain et à la nature du combat à mener.
La grande force des résolutions du congrès de la Soummam réside dans le fait qu’elles ont clairement défini les buts politiques de la guerre de libération nationale. La stratégie militaire adoptée soumet les actions du combat armé à un objectif politique principal : forcer le gouvernement français à reconnaître le droit à l’indépendance du peuple algérien. Tout est soumis à cet objectif : la nature du combat, les tactiques de guerre, les unions et les alliances. Le congrès a défini une stratégie d’union du peuple algérien, toutes catégories confondues autour d’un objectif stratégiqaue principal : l’indépendance nationale. Il a fait de la Révolution algérienne un grand mouvement populaire armé, doté des structures et des formes d’organisation les plus adaptées à la lutte, suivant une stratégie de large union au-delà des divergences idéologiques, des contradictions sociales et des différences religieuses. L’objectif principal de la guerre de libération nationale affirmé dans la déclaration du 1er novembre 1954 a été clarifié et explicité et le congrès a posé le cadre d’une négociation avec le gouvernement français en affirmant les conditions essentielles (indépendance totale dans l’unité du territoire et du peuple dans toutes ses composantes), et en offrant les garanties pour la minorité européenne et en ouvrant la porte à une coopération économique et culturelle d’une Algérie indépendante avec la France. La grande dimension humaniste de la Révolution s’est exprimée dans les textes affirmant le droit à la coexistence pacifique des populations de confessions différentes dans le respect des droits et devoirs égaux pour tous.

L’organisation de l’ALN

Le congrès de la Soummam met en place une organisation minutieuse des structures de l’ALN. L’Algérie est divisée en six wilayas, remplaçant les anciennes zones. Chaque wilaya est, elle-même, divisée en zones (mintaka) et chaque zone en secteur (kism). Le congrès institue un commandement militaire collégial où tâches militaires e tâches politiques sont fortement liées entre elles. La wilaya est dirigée par un conseil de wilaya sous l’autorité d’un colonel, chef politico-militaire, assisté de trois adjoints avec le grade de commandant, chargés des différentes missions : militaire, politique, renseignements et liaisons. La zone est dirigée par un capitain

DOSSIER

Tunis, capitale de l’Algérie combattante

L’aide de la Tunisie à la Révolution algérienne

FIGURES HISTORIQUES

L’homme qui livra des armes au FLN

Le Capitaine Vassil Valtchanov

GRANDES DATES
MOUVEMENT NATIONAL

PROCÈS-VERBAL DE LA REUNION ET EXTRAITS DE LA PLATE-FORME

Documents du Congrès de la SOUMMAM du 20 AOÛT 1956