La mémoire d’un empereur dévoilée par une … pierre
Patrimoine archéologique

Par Hassina AMROUNI
Publié le 07 oct 2019
En 1941, dans la petite localité de Sanef, à environ 1,5 km d’Arris, un paysan est en train de reconstruire sa maison quand il fait une découverte surprenante : un bloc de pierre de 0.74 m de long et 0.48 m de large est extirpé du sol. Transportée à Alger, la pierre finira par livrer ses secrets.
L’élogium de Masties gravé par Vartaïa (Ortaïas)

Plusieurs chercheurs se pencheront, en effet, sur l’inscription gravée sur cette dalle rugueuse et c’est l’historien Jérôme Carcopino qui parviendra à en percer le contenu. Le résultat de cette découverte fera l’objet d’une étude où Carcopino propose la lecture suivante :
« D(is) m(anibus) s(acrum). Ego Masties dux
ann(is) Ixvii et imp(e)r(ator) annis xl, qui nunquam
periuravi, neque fide(m)
fregi neque de Romanos neque
de Mauros et in bella parui et in
pace, et adversus facta mea
sic mecu(m) Deus egit bene.
Ego Vartaia hune edificium cum fratrib(us) (m)eis feci.
In quod erogavit(denarios) centum ».
Il traduit le texte comme suit :
« Aux Dieux Mânes, consécration. C’est moi, Masties, dux pendant 67 ans, imperator pendant 40 ans, qui jamais ne me suis parjuré, qui, point davantage, n’ai rompu la foi que j’avais engagée, ni envers les Romains, ni envers les Maures, qui me suis révélé dans la guerre et dans la paix, et qui ainsi, vu mes hauts faits, ai été béni de Dieu qui était avec moi. Moi Vartaïa, j’ai élevé cet édifice avec mes frères. Pour lequel il a dépensé cent deniers ».
Dans une première interprétation, les historiens reconnaîtront dans Vartaïa le personnage que Procope nomme Ortaïas, roi maure du VIe siècle, toutefois, ils divergeront sur d’autres points, remettant notamment en question la datation de cette pierre. En effet, selon Carcopino,
« Masties se proclame empereur en 476 après la déchéance de Romulus Augustule. Il aurait donc été nommé duc en 449 par Valentinien III et l’année de sa mort serait 516. Quelques années après, Vartaïa (Ortaïas) aurait fait graver l’élogium ». Une interprétation remise en question par l’historien Christian Courtois, spécialiste de l’Afrique du nord antique qui estime que « Masties avait été nommé duc par le comte d’Afrique Boniface en 428 chargé de défendre le limes de Numidie, alors que se produisait l’invasion vandale, et se serait proclamé «empereur» dès la mort de Valentinien III en 455. Il serait donc mort en 495 ».
De son côté, Pierre Morizot, fondateur et président d’honneur de la Société d’étude et de recherche sur l’Aurès antique Aouras propose en 1989, une nouvelle lecture de l’élogium sur Masties, expliquant que le terme Dux « renvoie aux fonctions soit celles que le Bas-Empire romain, puis Byzance confiaient aux commandants militaires du limes ou des provinces ». Cependant, ce même terme sera utilisé par Corippe, poète épique romain qui vécut au VIe siècle, pour désigner les plus importants chefs de tribus maures. Pour Procope, historien byzantin, ce terme désignait Ortaïas, Iabdas et Antalas. Et Morizot de préciser que « Masties aurait été investi Dux très jeune, à 19 ou à 20 ans ce qui permettrait de fixer aux environs de 90 ans l’âge de sa mort ».
Masties, également orthographié Mastiès, était un Berbère christianisé. Après s’être proclamé empereur, il établit son territoire en Numidie orientale avec pour résidence Arris.

Hassina Amrouni

Sources :
https://www.lematindz.net/news/17736-masties-ce-roi-chaoui-qui-se-procla...
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1988_num_24_1_1149
http://www.aouras.org/echanger/retmorizot.pdf
*Articles de presse.

DOSSIER

Une histoire parallèle

Les communistes dans la Révolution

MOUVEMENT NATIONAL

Le commandant Abderrahmane Bensalem, Le Lion des frontières

Témoignages sur le parcours du Commandant Abderrahmane Bensalem, l’un des glorieux baroudeurs de la Révolution algérienne.

FIGURES HISTORIQUES

L’homme qui portait la lumière sur son visage

Il y a 30 ans disparaissait le moudjahid Lakhdar Rebbah

GRANDES DATES

Le mardi noir de Ghazaouet

22 octobre 1958

MEMOIRE

Diva et … Moudjahida

Portrait de Fadila Dziria

CONTRIBUTION

Octobre 1958

Retour sur la bataille d'El Merdja