Une ville-musée
Nedroma et son riche patrimoine

Par Hassina AMROUNI
Publié le 02 oct 2018
Ville d’art et d’histoire, Nedroma regorge de sites et de vestiges historiques, jalousement préservés.
La vieille médina compte plusieurs édifices qui ont vaillamment traversé les siècles. Mosquées, hammams, remparts de la vieille citadelle, mausolée, sont autant de vestiges racontant des pans de notre riche passé. Sept sites sont actuellement classés sur la liste du patrimoine national, dont les remparts de la Casbah, le Hammam El Bali, construit il y a plus de neuf siècles, les mosquées Kedarine et Sidi Mendil, les mausolées de Sidi Benali, fondateur de Nedroma et du marabout de Sidi Brahim. Malheureusement, certains de ces sites continuent, en dépit de leur classement, à subir l’érosion du temps et la négligence de l’homme. La grande mosquée et autres vestigesSituée sur la place Terbia, la grande mosquée de la médina a été érigée en 1090. Elle a déjà bénéficié d’une opération de restauration ayant visé son minaret, le reste de l’édifice étant relativement en meilleur état. Outre les sites classés, Nedroma compte également quelques vestiges qui ont su garder leur valeur mémorielle, à l’image de Ksar Soltane, les mosquées de Sidi Seghir, Raya, Lalla Zahra Cherifa…Nedroma est, par ailleurs, connue pour ses métiers artisanaux qui font la réputation de toute la région. Connue, en effet, pour le travail de la laine (couvertures, tapis…), la région de Traras tire, pour sa part, ses principales ressources des activités agricoles et de l’élevage. Il faut savoir que la région effectuait, par le passé, des échanges commerciaux avec les villes voisines, auxquelles elle vendait des produits issus de l’activité artisanale locale. Produits dérivés de l’élevage (djellabas, babouches, couvertures, …) mais aussi articles domestiques, poterie, objets et ustensiles en bois étaient très bien écoulés sur les marchés alentour. Aujourd’hui, quelques-uns de ces métiers ont disparu, tandis que d’autres sont jalousement préservés par une relève qui tente en dépit des difficultés à maintenir vivaces la mémoire et les traditions séculaires de la région.Hassina AmrouniSource : Info Soir le 30 - 06 - 2004 Articles de la presse quotidienne