Deux femmes à l’honneur
Personnalités de Bordj Bou Arréridj

Par Hassina AMROUNI
Publié le 25 oct 2017
Bastion du militantisme et carrefour de la création culturelle, Bordj Bou Arreridj a enfanté plus d’un prodige.
Ahmed Ben Amar El Gaïd
Mohamed Bachir El Ibrahimi
Djelloul Beghoura
Aicha Haddad
tableau de Aicha haddad
Nacéra Benseddik

D’Ahmed Ben Amar El Gaïd, le fondateur du cirque Amar, à Aïcha Haddad, la grande dame de la peinture algérienne, en passant par l’historienne et archéologue Nacéra Benseddik, le théologien et réformateur religieux Mohamed Bachir El Ibrahimi, le producteur-réalisateur Djelloul Beghoura, l’homme politique Samïl Hamdani, ce sont autant de personnalités dont peuventt s’enorgueillir l’Algérie et Bordj Bou Arreridj en particulier. Hommage aux deux grandes dames de la région.

Aïcha Haddad Plasticienne et moudjahida

Figure incontournable des arts plastiques algériens, ambassadrice de la culture algérienne à travers le monde, Aïcha Haddad était native de Bordj Bou Arreridj où elle a vu le jour en 1937.
Enfant de la tribu des Hachem de Medjana, Aïcha rendra hommage à ses racines à travers une œuvre qui voyagera à travers le monde.
Après des études d’infirmière, elle décide de rejoindre l’Armée de libération nationale, au lendemain du déclenchement de la lutte armée. Très active dans les maquis de l’ALN où elle apporte une aide considérable aux moudjahidine notamment en soignant les blessés, Aïcha Haddad est finalement arrêtée par l’armée coloniale puis emprisonnée durant quatre années. Libérée en 1962, elle s’installe à Alger où elle entame des études d’art à la Société des Beaux-arts dans la classe du peintre Camille Leroy. Une fois diplômée, elle enseigne les arts plastiques au lycée Omar-Racim d’Alger puis devient inspectrice de l’Education nationale. En parallèle, elle se lance à corps perdu dans une fascinante carrière artistique, explorant avec talent et génie les arcanes de la peinture. Explorant plusieurs mouvances (cubisme, symbolisme et nouveau réalisme), Aïcha Haddad dévoilera à chaque fois un pan de sa personnalité artistique.
En 1972, elle reçoit sa première distinction pour une œuvre plastique présentée lors d’une exposition collective à Alger qui sera suivie par de nombreuses autres.
Exposant en Algérie et à l’étranger, Aïcha Haddad présentera tout au long de son parcours, une œuvre foisonnante et chamarrée dans laquelle on retrouve ses inspirations du moment qui sont autant de phases déterminantes de son art.
Emportée par la maladie le 24 février 2005, Aïcha Haddad laisse derrière elle un héritage plastique de grande valeur et une jeune relève qui aspire à atteindre un jour son talent et sa générosité artistique.

Nacéra Benseddik Chercheure de grande notoriété


Née à Bordj-Bou Arréridj le 4 décembre 1949, Nacéra Benseddik a poursuivi ses études secondaires au lycée de jeunes filles de Sétif, puis au lycée Victor Hugo à Alger.
Après une propédeutique classique et une licence d’histoire-géographie à la Faculté des Lettres d’Alger, Nacéra Benseddik s’inscrit à l’Université de Paris X-Nanterre pour y préparer une maîtrise d’Histoire ancienne et épigraphie latine. Elle y soutiendra une thèse de doctorat de 3e cycle autour du thème « Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire ».
A son retour à Alger, elle occupe le poste de conservateur chargée de recherche, puis inspecteur des antiquités à la Direction de l’archéologie, des musées et des monuments historiques (ministère de la Culture). Très active sur le terrain, elle dirige les fouilles du forum de Cherchell puis celles de l’Asklépieium de Lambèse avec les équipes britanniques du British Museum (T.W.Potter) et de l’Université de York (S. Roskams). Ses recherches s’orientent vers l’Histoire des religions et soutient une thèse de doctorat d’Etat à l’Université de Paris IV-Sorbonne sur « Le culte d’Esculape en Afrique ».
Hassina Amrouni

CONTRIBUTION

Le choix du retour dans une Algérie dévastée

Cheikh Abdelkader El-Medjaoui (1848-1914)

FIGURES HISTORIQUES
GRANDES DATES
GUERRE DE LIBERATION

L’odyssée du « Dina »

Les armes de la Révolution algérienne

MEMOIRE

Une grande figure de la Révolution

Décès du moudjahid Mohamed Lemkami

MOUVEMENT NATIONAL