Tagma, village à proximité du PC de la wilaya III, attend toujours son mémorial des martyrs
Le PC de la wilaya III historique haut lieu d’arme, en attente de réhabilitation

Par La Rédaction
Publié le 25 oct 2017
Mezouara (Akfadou), le village qui abritait l’un des PC de Wilaya

Le Poste de commandement (PC) de la Wilaya III historique au cœur du massif forestier de l’Akfadou, fief des combattants de la glorieuse révolution, est un lieu chargé d’histoire en attente de réhabilitation et de considération. Implanté non loin du village Tagma dans la commune forestière de Yakouren, ce poste de commandement de la plus importante wilaya historique à la tête duquel se sont succédé  deux valeureux et héroïques colonels, respectivement Amirouche et Mohand Oulhadj, reste toujours peu connu de la majorité des Algériens dès lors que rien n’est fait dans le sens de la vulgarisation de ce haut lieu de commandement de la glorieuse révolution de novembre 1954, déplorent des moudjahidine, fils et filles de chahid de la wilaya de Tizi-Ouzou. Ces derniers n’arrivent toujours pas à expliquer l’abandon par les autorités locales et nationales du projet de réalisation d’un mémorial en hommage aux martyrs de la Wilaya III historique au village Tagma. La population de ce village se trouvant à proximité de ce PC a été sérieusement touchée dans sa chair pendant la guerre de libération nationale. D’atroces séances de tortures de citoyens et citoyennes y étaient quotidiennement exécutées dans un camp de l’armée coloniale installé dans ce village révolutionnaire, nous raconte, le fils du chahid, Meziane Djouzi. « Dans ce camp militaire, on initiait les nouveaux militaires de l’armée coloniale aux techniques de tortures et de liquidations des Algériens engagés dans la guerre de libération nationale », rappelle notre interlocuteur, en mettant en exergue l’importance de l’érection d’un grand mémorial dans ce village martyr pour témoigner de toutes ces atrocités commises par la colonisation contre le peuple algérien mais aussi et surtout pour vulgariser et valoriser le combat héroïque des Algériens contre cette armée coloniale coupable de crimes abjects contre les populations civiles. Selon Meziane Djouzi, pupille de la nation originaire de la même région, la première pierre de réalisation de ce mémorial avait été posée en 1992 par le premier ministre d’alors. Ce projet important pour l’entretien de la mémoire et sa transmission à des générations futures, dont l’étude avait été achevée et un avis d’appel d’offres de sa réalisation avait été lancé deux fois dans un quotidien national, n’est pas concrétisé à ce jour, déplorent les moudjahineset tous les membres de la famille révolutionnaire de la wilaya de Tizi-Ouzou, tout en s’interrogeant sur les causes de l’annulation de ce projet. Selon l’étude, ce projet consistait en la réalisation d’un mémorial composé d’un monument à la mémoire des martyrs, d’une bibliothèque, d’un musée et d’un hôtel, soit tout ce qu’il faut pour réhabiliter le poste de commandement de la Wilaya III historique se trouvant à proximité de ce village martyr, Tagma, dont le nom est inscrit en lettres d’or dans le livre de l’histoire de la glorieuse révolution de novembre 1954. En attendant, le président de l’association des pupilles de la nation de la wilaya de Tizi-Ouzou n’est pas près d’arrêter sa quête visant à tirer de l’oubli ce noble projet, car il s’agit, selon lui, de la défense de la mémoire des meilleurs enfants de l’Algérie, un pays qu’ils avaient libéré au prix de leur vie, de l’une des plus abominables colonisations.               

Bel.Adrar

CONTRIBUTION

Le choix du retour dans une Algérie dévastée

Cheikh Abdelkader El-Medjaoui (1848-1914)

FIGURES HISTORIQUES
GRANDES DATES
MEMOIRE

Une grande figure de la Révolution

Décès du moudjahid Mohamed Lemkami

MOUVEMENT NATIONAL
UNE VILLE, UNE HISTOIRE

La cité héroïque

Histoire de la ville de Bordj Bou Arréridj