Sidi Ali ou Yahia et le Bey d’Alger
Légendes d’Ath Yenni

Par Hassina AMROUNI
Publié le 25 nov 2019
La légende du marabout Sidi Ali ou Yahia est connue dans toute la Kabylie. Elle se transmet de génération en génération. Bien que le réel s’emboite à la fiction, cette légende reste un pan de la culture orale de la région qu’il est loisible de rapporter ici.
La mosquée de Sidi el Mouhoub Ouali (Taourirt Mimoun)  financée par les Ottomans

On dit que peu avant 1616, un marabout répondant au nom de Sidi Ali ou Yahia, père de Sidi El Mouhoub ou Ali, originaire de Meknes, vint s’installer dans la région, du côté de w. Un jour, sa servante partit chercher des légumes au village de Taourirt Mimoun, sur le chemin du retour, elle est interceptée par des gens de la tribu des Ait ou Belkassem qui la délestent de ses victuailles. Revenue auprès du marabout, elle lui raconte sa mésaventure et, dès le lendemain, le saint homme réunit les membres de la tribu des Ath Yenni dont il sollicita le soutien pour aller laver son honneur bafoué. Prenant personnellement la tête d’un important groupe d’hommes, le marabout s’engage dans une bataille sanglante. On dit que durant les combats, des coups de feu partaient de son bâton. Les Ait ou Belkassem sont battus et, à partir de cette date, complètement rayés de la carte de la Kabylie. Cette tribu aujourd’hui disparu comprenait cinq villages, en l’occurrence Taourirt-El-Hadjhadj (actuellement aux Ath Yenni), Aït-Rebat et Tassaft Ouguemoun (actuellement aux Ath Ouassif), Ait-Ali ou Horzoun et Ait-Bou-Adan (actuellement aux Beni Boudras).
Son fils, Sidi El Mouhoub ou Ali avait aussi la réputation d’être un saint homme fort respecté. Un jour, ce dernier se rendit à Alger où il acheta un grand sac de poudre qu’il chargea sur son mulet. Au moment où il s’apprêtait à passer par la porte Bab-Azzoun pour sortir de la citadelle, il est arrêté par les janissaires de garde qui venaient de s’apercevoir qu’il transportait de la poudre. Pour se défendre, le saint affirme aux janissaires qu’il s’agissait de couscous et il leur en donna la preuve en ouvrant le sac. Mais le dey, ayant vent de cette histoire n’y alla pas par quatre chemins et décida de le faire enfermer pour sorcellerie. On dit que, la nuit succédant à cette arrestation, le dey fut transformé en femme !! Implorant le saint homme de lui redonner son apparence première, Sidi El Mouhoub n’aurait accepté que sous la condition que le dey fasse construire à Taourirt-Mimoun -et à ses frais-, une koubba en l’honneur du marabout. Celle-ci existe toujours.

Hassina Amrouni

Source :
http://quintessences.unblog.fr/2019/01/20/legende-kabyle-athyenni

DOSSIER

Les prémices d’une rupture

Aux origines du CRUA

GUERRE DE LIBERATION

Les frères martyrs

Abdelkader Menouar et Mohamed Badaoui

MOUVEMENT NATIONAL
FIGURES HISTORIQUES
GRANDES DATES
MEMOIRE

La moudjahida

Portrait de l’artiste plasticienne Aïcha Haddad

CONTRIBUTION

Un parcours patriotique exceptionnel

Moudjahida Kheira Louahla