Saint patron des Ath Yenni
El Hadj Belkacem Izri

Par Hassina AMROUNI
Publié le 25 nov 2019
C’est l’un des lieux de ziyara des nombreux fidèles du marabout et de la tariqa qadiriya. La zaouia d’El Hadj Belkacem se trouve près du village Ath Lahcen. On y arrive par la RN30.

Datant de 1910, cette zaouia est le second lieu de méditation fondé par le cheikh entre 1910 et 1962, année de sa disparition.
La macheikha el qadirriyya d’El Hadj Belkacem est constituée de la zaouïa, sise au village Ath Lahcen à Ath Yenni, la zaouïa, sise sur route nationale RN30 de Beni Yenni, la zaouia sise rue Guerraba Ahcène à Tizi Ouzou (ex la carrière), la khalwa l’Hadj Belkacem, sise route Ath Uzwaw, Taourirt Khalef à Beni Yenni, le Lotissement lot 41 et le Lotissement 170, au sud-ouest de Tizi-Ouzou.
Des décennies après la disparition du saint soufi, ces lieux gardent toujours le même esprit de dévotion et de mysticisme et les fidèles viennent chaque année prier et faire des offrandes à la mémoire du cheikh. Pôle important dans la tariqa qadiriya, El Hadj Belkacem est une figure très respectée dans la région d’Ath Yenni voire de toute la Kabylie pour ne pas dire d’Algérie.
Originaire de Aïn El Hammam, l’aïeul d’El Hadj Belkacem était un descendant des Ath Ali Ouamara, en référence au grand-père Sidi Ali Ouamara ou Djedi Ali Ouamara, lui aussi saint patron. Arrivé à Ath Yenni en 1520, il a choisi, à l’époque, de s’établir avec sa famille à Ath Lahcen, plus précisément au lieu-dit Azniq Ath Yahia (aujourd’hui Ath Azza).
C’est là, qu’en 1879, El Hadj Belkacem Izri (Izri étant le nom donné par l’administration coloniale) voit le jour.
Appartenant à une longue lignée de marabouts, El Hadj Belkacem fera très jeune l’apprentissage du saint Coran. Plus tard, il étudiera le fiqh et sera l’un des chefs de file de la Tariqa Qadiriyya (ordre) en Algérie, ordre soufi créé par Abd Al Qadir Al Jilani (Gilani), originaire de Bagdad.
Au fil des années, il deviendra l’une des figures mystiques majeures d’Algérie et l’un des plus grands poètes mystiques du monde.
Toujours très proche du peuple, auquel il apportait aide et soutien surtout durant la période coloniale, El Hadj Belkacem n’hésite pas à rallier le combat des moudjahidine lors de la guerre de libération nationale, dans la wilaya III historique.
Bien qu’il vivra la joie de l’annonce du cessez-le feu le 19 mars 1962, il ne connaîtra pas celle de l’indépendance de l’Algérie puisqu’il décède dans la maison familiale le 4 avril de la même année.
El Hadj Belkacem Izri est enterré dans sa zaouia d’Ath Lahcen. Son mausolée est régulièrement visité par les fidèles de la région ou ceux de passage.
Hassina Amrouni

Sources :

https://zaouialhadjbelkacem.blogspot.com
http://mausoleelhadjbelkacem.blogspot.com/

DOSSIER

Les prémices d’une rupture

Aux origines du CRUA

GUERRE DE LIBERATION

Les frères martyrs

Abdelkader Menouar et Mohamed Badaoui

MOUVEMENT NATIONAL
FIGURES HISTORIQUES
GRANDES DATES
MEMOIRE

La moudjahida

Portrait de l’artiste plasticienne Aïcha Haddad

CONTRIBUTION

Un parcours patriotique exceptionnel

Moudjahida Kheira Louahla