Engagé sur scène et au front
Mustapha Sahnoun

Par Hassina AMROUNI
Publié le 25 nov 2019
Lorsqu’on évoque la troupe artistique du FLN, le nom de Mustapha Sahnoune est incontournable. Retour sur le parcours d’un homme engagé sur scène et au front.
La troupe Artistique du FLN
Mohamed Kandil
Mohamed Rushdi

Né le 27 janvier 1937, Mustapha Sahnoune est un auteur compositeur, musicien, chef d’orchestre, ancien moudjahid et l’un des principaux artistes militants de la troupe du FLN.
Dans les années 1940, avec un groupe d’amis, il crée un ensemble musical qu’il baptise « La Rose blanche ». Cependant, lorsqu’au lendemain du 1er novembre 1954, les Algériens prennent les armes pour libérer le pays du joug colonial, les artistes ne sont pas en reste puisque, la majorité d’entre eux, renonce à toute activité artistique, suite aux directives du FLN.
Après la tenue du Congrès de la Soummam en août 1956, décision est prise d’ouvrir un autre front de lutte pour renforcer la lutte armée. Intellectuels, artistes, sportifs sont sollicités et tous répondent favorablement à l’appel du Front de libération nationale.
La grève des 6 jours décrétée par le FLN du 28 janvier au 4 février 1957 est, elle, un véritable succès puisqu’elle est massivement suivie par les Algériens. Ces derniers sont nombreux à être arrêtés par les autorités françaises. Mustapha Sahnoune n’échappera pas à la rafle, ni à la prison. Il y subira d’atroces tortures. Du fond des geôles coloniales, les prisonniers crient toute leur rage et leur révolte.
A sa libération, Mustapha Sahnoune part en France. Il s’installe en janvier 1958 à Paris où il est recruté par l’artiste et militant Farid Ali à l’ORTF. D’ailleurs, cette institution a permis à nombre d’artistes de se retrouver, de tisser des liens et d’apporter ainsi leur soutien au FLN.
Au mois de mars 1958, il part pour Tunis où il rejoint un ensemble de musiciens et, le 18 avril de la même année, la troupe artistique du FLN voit enfin le jour. Elle est immédiatement prise à bras le corps par une cinquantaine de chanteurs, musiciens, comédiens, poètes, écrivains, plasticiens…
Mustapha Sahnoune fera, bien évidemment, partie de ces artistes qui s’engageront sans hésitation, apportant ainsi leur contribution à la cause nationale. Il fera partie de l’orchestre comme accordéoniste. La formation musicale sera également composée d’Ahmed Wahby, H’sissen, Saïd Saïh, Boualem Mensour, Alilou, Hamou Saâdoui, El Hadi Radjeb, Djaâfar Bek…
Qalbi ya Bladi la nensek sera la première chanson patriotique composée par Mustapha Sahnoune, sur des paroles de Mustapha Toumi et une réalisation El Hadi Radjeb. Mustapha Sahnoune composera par la suite plusieurs autres titres qui seront interprétés par des artistes militants de la cause nationale, notamment Saïd Saih qui chantera, L’essence ou Djaâfar Bek avec Ya De Gaulle.
Le répertoire de chants patriotiques de la troupe sera très vaste et parmi les titres qui seront chantés lors des tournées de la troupe artistique du FLN figurent A Yema Azizen, Bladi Ya Qalbi, Djazaïrana… Les ondes de la radio Sawt El Djazaïr (la Voix de l’Algérie) diffusera largement ces titres contribuant ainsi à l’éveil de la conscience populaire et de la fibre patriotique chez le peuple algérien.
Outre les chants patriotiques écrits et composés par Mustapha Sahnoune, ce dernier a également mis sa plume au service du patrimoine populaire algérien, écrivant et composant plusieurs qçaid pour nombre d’artistes algériens et même tunisiens parmi lesquels Mustapha Kamel et Raouf Charfi et pour la première chanteuse tunisienne féminine Oulaya.
En 1960, il rallie la capitale égyptienne pour travailler pendant une année au Conservatoire du Caire. C’est là qu’il compose la célèbre chanson interprétée par Mohamed Kandil Ana Ibn El Djazaïr.
Au lendemain de l’indépendance et jusqu’en 1972, il travaille avec des interprètes de talent auxquels il offre quelques compositions mémorables, à l’image de Mohamed Rushdi, El Ghazi, Faïza El Djazaïria, Ahmed Choukri, Sami El Djazaïri et d’autres encore.

Hassina Amrouni

DOSSIER

Les prémices d’une rupture

Aux origines du CRUA

GUERRE DE LIBERATION

Les frères martyrs

Abdelkader Menouar et Mohamed Badaoui

MOUVEMENT NATIONAL
GRANDES DATES
MEMOIRE

La moudjahida

Portrait de l’artiste plasticienne Aïcha Haddad

UNE VILLE, UNE HISTOIRE

Ath Yenni, Le Mont des orfèvres

Histoire de la ville

CONTRIBUTION

Un parcours patriotique exceptionnel

Moudjahida Kheira Louahla