Avant son exécution, intervenue à 4h du matin, Ahmed Zabana laissait une ultime lettre à ses parents et proches. «Très chers parents, chère mère, je vous écris cette lettre, je ne sais si c’est la dernière, Dieu seul le sait. Toutefois, s’il m’arrive quoi que ce soit, il ne faut pas croire que c’est fini, parce que mourir pour la cause de Dieu, c’est croire à la vie éternelle, et mourir pour sa patrie, ce n’est qu’un devoir. Et votre devoir, c’est d’avoir sacrifié l’être le plus cher. Il ne faut pas me pleu

Les deux guillotinés de Serkadji
Avant son exécution, intervenue à 4h du matin, Ahmed Zabana laissait une ultime lettre à ses parents et proches. «Très chers parents, chère mère, je vous écris cette lettre, je ne sais si c’est la dernière, Dieu seul le sait. Toutefois, s’il m’arrive quoi que ce soit, il ne faut pas croire que c’est fini, parce que mourir pour la cause de Dieu, c’est croire à la vie éternelle, et mourir pour sa patrie, ce n’est qu’un devoir. Et votre devoir, c’est d’avoir sacrifié l’être le plus cher. Il ne faut pas me pleu

La prison de Serkadji aujourd'hui

Les deux guillotinés de Serkadji
La prison de Serkadji aujourd'hui

Une liste partielle des Algériens condamnés à mort

Les deux guillotinés de Serkadji
Une liste partielle des Algériens condamnés à mort

Avant son exécution, intervenue à 4h du matin, Ahmed Zabana laissait une ultime lettre à ses parents et proches. «Très chers parents, chère mère, je vous écris cette lettre, je ne sais si c’est la dernière, Dieu seul le sait. Toutefois, s’il m’arrive quoi que ce soit, il ne faut pas croire que c’est fini, parce que mourir pour la cause de Dieu, c’est croire à la vie éternelle, et mourir pour sa patrie, ce n’est qu’un devoir. Et votre devoir, c’est d’avoir sacrifié l’être le plus cher. Il ne faut pas me pleu
La prison de Serkadji aujourd'hui
Ahmed Zabana
Abdelkader Ferradj
Une liste partielle des Algériens condamnés à mort