LA FEMME DANS LE CORAN : APPROCHE SEMANTIQUE
L’INTERET DES LINGUISTES POUR LA FEMME DANS LE CORAN - LA SEMANTIQUE AU SERVICE DE LA FEMME DANS LE CORAN

Par La Rédaction
Publié le 27 fév 2018
Lorsqu’on m’a demandé de reprendre quelques éléments de ma thèse de doctorat d’Etat en linguistique portant sur les traits qualificatifs matériels et moraux de la femme contenus dans le Coran, j’ai vite compris qu’il serait souhaitable de ramener le débat à une approche sémantique. En effet les mutations linguistiques en ce XXIe siècle plaident pour une reconsidération tant historique que doctrinale sans reprendre l’approche théologique classique. Les langues jadis classées selon un processus historique renvoient à une connaissance des liens de parenté en examinant les paradigmes grammaticaux dans le système phonologique et le lexique dans la syntaxe globale de la langue du Coran. Pour la première fois une thèse soutenue à l’Université d’Alger, faculté des lettres rabes, aborde les aspects linguistiques et sémantiques portant sur « les qualificatifs matériels et moraux de la femme dans le Saint Coran ». « Al Mar atou » en langue arabe est le féminin de « Al Mar ou » (l’individu, l’homme). On dit « Imra atoun» (femme), ce mot n’existe qu’au singulier. Au pluriel on dira plutôt « Nissa oun » ou « Nisswatoun ». Par ces différents termes, l’on désigne cet être qu’Allah a créé pour qu’elle soit la partenaire de l’homme dans sa vie. « Et parmi Ses Signes, il a crée de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent » Sourate Al Roum, Verset 21. Il est dit également dans Sourate An Nahl, Verset 72 « Allah vous a fait à partir de vous-même des épouses. Il vous a donné des enfants et des petits enfants. Et il vous a attribué des bonnes choses. Croient-ils donc aux faux et nient-ils le bienfait d’Allah. » Ces Versets montrent que Hawa (Eve), l’épouse d’Adam fut créée à partir de lui. Ensuite à partir de ce couple originel, Allah a fait répandre sur cette terre beaucoup d’hommes et de femmes par la voie du mariage qui conduit à la procréation et à l’enfantement. Il a assigné à l’homme et à la femme des caractéristiques spécifiques à chacun. Afin d’aller dans le fonds des choses c'est-à-dire voir le principe analytique concernant les traits distinctifs de la femme dans le Saint Coran, il faut étayer les différents sujets relatés dans les versets propres à la femme. Pour cela, j’ai opéré un classement statistique reprenant les aspects matériels et moraux et la relation sémantique dans l’ordre alphabétique en soulignant le nombre de fois que ces mots paraissent dans les versets du Coran.
Sémantique-statistique et révolution numériqueAinsi j’ai recensé soixante-dix-sept sourates (77 sourates) des cent quatorze (114 sourates). Le nombre des versets coraniques contenant les qualificatifs matériels de la femme sont au nombre de trois cent deux (302) dont trente-huit mots répétés dans quatre cent quarante sept (447) endroits.Pour ce qui est des aspects moraux j’avais recensé cent trente-quatre (134) dont trente-deux (32) répétitions de mots dans cent soixante-dix-neuf (179) positions. Quant aux versets relatant les déviances comprises au sens sémantique, leur nombre est de vingt (20) répétés dans quarante-huit (48) endroits.Au total de point vue statistique quatre cent cinquante-huit (458) versets coraniques m’ont permis de recenser quatre-vingt-dix (90) mots et six cent soixante-quatorze (674) répétitions. Cette passion d’avoir étudié sous l’angle de la sémantique la femme dans le Coran en tant que linguiste, m’a permis de lever le voile de ce qui parait être ambigu dans mon esprit sachant d’avance l’inexistence de recherches universitaire tant en arabe qu’en d’autres langues.Dans ce thème précis de la sémantique de la femme dans le Coran par rapport à la multitude d’études théologiques la concernant dont la plus récente est l’ouvrage d’Asmat eddine Karkar Haram Al Hila dans Al Mar’a Man KhilalAl Hayat Al Qoranya  (la femme selon les versets coraniques), la bibliothèque universitaire n’en a pas réalisé à ce jour de tels sujets y compris dans le monde. Ainsi les mots peuvent être classés dans différentes catégories en fonction des rôles syntaxiques.Il faut dire que les correspondances d’ordre sémantique ne sont jamais parfaites. C’est au niveau de la relation de la corrélation qu’on peut établir les frontières sémantiques et lexicales où les mots diffèrent par leur position dans le contexte de la phrase. Ils s’agrègent les uns aux autres selon deux types de construction à la fois endocentrique et exocentrique. Il en ressort de l’étude lexicale et rhétorique, l’émergence d’un autre aspect consacré à l’extension et à la restriction du sens sémantique décrivant la femme dans sa relation d’épouse et l’environnement sociétal pouvant toucher à sa dignité. Le recours aux linguistes anciens et modernes m’a ouvert le champ d’application par son binarisme référentiel dans la synonymie et dans l’homonymie. Versets sublimes et phonétique de la langueCe qui été écrit par Abi Tayeb, ce linguiste qui exploita intelligemment tout ce qui est antonymie par le binarisme des mots, qui sera d’ailleurs repris par Jolles dans sa théorie moderne L’opposition sémantique dans la langue, réconfortée par ce qui convient d’appeler « l’antonymie absolue », « l’antonymie graduable », « l’antonymie partielle » et « l’antonymie réciproque » et « l’antonymie de position directionnelle ».Le contexte linguistique et extra linguistique, l’étude phono-métrique et l’analyse acoustique pour connaitre les phonèmes contenus dans le corpus du Coran révèlent la formation phonétique de la langue, chaque fois qu’il y a changement de phonème, automatiquement le sens du mot change. Il y a par rapport aux versets sublimes du Coran à travers les traits prosodiques que connaissent les langues notamment l’étude faite par Ibn Jenni en langue arabe.Ceci est ignoré par les linguistes modernes, l’intonation qui accompagne l’accent prosodique dans toutes les variantes du langage qui entraine les changements réactionnaires chez le locuteur exprimant un sens donné justifiant la relation de la langue et de la psychologie qu’on retrouve chez les psycholinguistes.Il faut dire que dans le sens des catégories grammaticales, les mots contenus dans les versets du Coran peuvent entrer en relation à différents degrés, avec une fonction sémantique attribuée au mot dans son ensemble. Le genre, le nombre, le singulier, le pluriel correspondent à des catégories grammaticales. On doit alors rechercher à établir une systématique des correspondances sémantiques où la collocation linguistique est l’association d’un mot avec d’autres en fonction des différentes constructions grammaticales (adjectifs, adverbes, complément d’objet direct et indirect etc…)De cette langue sublime et sacré du Coran révélée par les différents versets, l’on décèle une analyse structurelle de la langue et de sa perception et sa relation à la réalité historique extra linguistique rapportée par les linguistes musulmans anciens à l’image d’Ibn Jenni, Al Jahadh …dans les recherches qu’ils ont réalisées. Les résultats de leurs travaux scientifiques par la rigueur de leurs approches n’enlèvent en rien les efforts de modernes comme l’anthropologue Malinovski et le linguiste Firth dans leurs conclusions confirmées par leur école sociale culturelle.Le contexte sentimental de par les comportements psychologiques et le degré d’affectivité des versets coraniques est en symbiose avec la connotation linguistique et transformationnelle chez le locuteur. La synthèse de Jacques Francis dans les parties nécessaires du langage descriptif de l’éthique dans la théorie de Hare m’a permis de classer les qualificatifs bons ou mauvais de la femme que les versets du Coran ont décrite. De ce classement il en ressort de la lecture du Coran que la femme est décrite beaucoup plus positivement que négativement.Le contexte situationnel est lié par des contraintes linguistiques de l’énoncé et des événements vécus dans les récits coraniques. Dans le contexte socio-culturel, la femme est capable de changer sa situation dans chaque étape de sa vie.Transcender les aspects sémantiques du CoranIl y a une interdépendance entre les comportements humains de la part des fondements historiques et l’évolution culturelle liée au passé tout en créant une nouvelle culture pour le présent et le futur. L’importance de ce thème bien qu’il renvoie au corpus théologique dans la connaissance des rituels sacrés se rapporte au comportement sociétal de la femme au plan du droit et des devoirs.Ceci a permis de transcender les aspects sémantiques de la langue du Coran. L’originalité de cette thèse de doctorat en sémantique démontre à bien des égards comment la langue du Coran reflète les parlers locaux de la péninsule Arabique. D’ailleurs la langue de cette région est la résultante des dialectes locaux dans l’ancien Yathrib qui va de l’actuelle Arabie Saoudite aux confins du Yémen. Se pose la question à ma connaissance des langues universelles et la parenté de l’amazighité en tant que langue par exemple avec l’arabe. Est-ce que la langue arabe et la langue amazigh relèvent d’une même parenté chamito-sémitique qui nous permet de comprendre comment la femme dans l’Islam porte en elle certains traits qui confirment que l’antériorité de notre peuple marque d’une certaine façon la convergence linguistique au-delà des aspects liés au dogme. A partir de cette observation, l’évolution sémantique marque la tendance vers l’acceptation des liaisons induites aussi par le parler algérien dont le soubassement contient au-delà des dialectes ou parlers locaux un apparentement dans la relation des mots contenus dans le Coran sans rupture aucune dans l’approche méthodologique. C’est cette originalité d’analyse qui explique dans une logique sémantique les traits de la femme quels que soient les emprunts à d’autres langues.Même si la structure est déterminée par le schéma traditionnel de présentation des « usuls el fiq’h », l’effort d’interprétation nous aide à accorder une vision moderniste en réponse à des situations rapportées par la Sunna. La grâce divine peut faire apparaître des significations même si chaque mot de la « shari’a » a un sens.Ne pas rétrécir ce que Dieu a élargi a la femmeOn doit chercher ce que dit la Loi coranique sans transgression aucune. Pour interpréter correctement le Livre révélé, il y a nécessité de garder aux mots la signification dans le langage dans sa méthode exégétique. « Si EI Ijmâa » en tant qu’accord unanime de la Communauté par la voix des spécialistes a pour effet de répondre à certaines situations concernant la femme, il faut avoir pour souci de ne pas « rétrécir ce que Dieu a élargi ». La science des lettres ou I’lm al-Huruf constitue un des modes d’expression qu’Ibn al’Arabi aborde par exemple dans un des chapitre des « illuminations mecquoises » (fi ma’rifat maratib al huruf w-harakat min al’âlam wa mâ laha min al-asmâ). Et parmi les attributs compréhensifs liés à la femme il est tout à fait clair de les aborder avec lucidité sans fanatisme doctrinal qui a conduit à des compréhensions hérétiques sans ancrage à la Loi coranique et à la Sunna.  Les entités angéliques ont été nommées femmes avenantes (awanis) afin que l’intimité se réalise par elles. Dans la sourate Atahrim (l’Interdiction) « Ô Prophète ! Pourquoi en cherchant l’agrément de tes femmes, t’interdis-tu ce qu’Allah t’a rendu licite ? Et Allah Pardonneur, Très Miséricordieux. » C’est une sourate adressée à Hafça lorsque le Prophète lui confia un secret qu’elle eut à dévoiler à Aïcha, et qu’Allah l’en eut informée. Le Coran renferme toute science, toute connaissance, toutes les nouvelles du passé, du présent et du futur. Le Coran nous guide vers ce qu’il y a de plus droit, de plus juste, de plus sage et de plus utile dans la croyance ou la foi, les jugements, les préceptes et les adorations. Quiconque s’accroche au Saint Coran ne sera jamais égaré ni malheureux. Il n’aura rien à craindre et ne sera point affligé ici-bas et dans la vie future.Exégèse coranique et investigation sémantiqueUne telle recherche autre que théologique mais toujours inspirée par le Saint Coran de par le champ d’investigation sémantique. Elle sera d’un apport précieux à travers les différents paliers de l’analyse linguistique et lexicale confrontée à la compréhension des versets qui parlent de la femme. Faire l’inventaire des vocables relatifs à la femme est une œuvre complexe à la lecture du Coran.Dans la terminologie sémantique du Coran, signifiants et signifiés en termes de polysémies, d’homonymies et synonymies reflètent des réalités non linguistiques ou extra linguistiques tant par ses métaphores que par ses paraboles. Ainsi la fréquence du vocable « femme » apparait dans l’étude de l’exégèse coranique et les traits situationnels qui la caractérise.Il ressort de ces versets coraniques des situations qui parlent de la femme telles par exemple « Marie » (Meriem bent Amran) évoquée onze fois ou celle de la femme d’Abi Lahab, de Loth ou de Noé et plus largement dans la sourate « En Nissa ». Dans ce cas le sens du vocable « femme » prend différentes interprétations qui confirment la validité des couples antinomiques à partir des critères linguistiques formels.Ces affixes de grandes fréquences mettent en évidence les termes, les réseaux d’opposition, les identités et les corrélations. Il est établi parfois par ses commutations opérées à partir d’unités lexicales complexes telles variantes combinatoires ou les substituts sémantiques ou des syntagmes (femme, épouse, compagne, concubine, amante, maîtresse etc…). Est-il besoin de souligner l’impératif questionnement sur les différents sens abordés dans le Coran qu’il serait prétentieux de pouvoir tout cerner. Mes références dans cette thèse ont eu recours aux linguistes et auteurs anciens et modernes tels que Sayouti, Zarakchi, Sibawih, Ibn Jenni, Abdelkader Djordjani, Ibn Khathir, Alqortobi, le commentaire de Mohamed Tahar Benachour qui constitue une œuvre précieuse au plan linguistique et rhétorique. Sans oublier l’ouvrage de Zamakhchari (538 de l’Hégire) dans « Al Kachaf ‘An Haqaïk atanzil fi Woujouh Ataïwil » (Recherche sur les réalités de la Révélation et les vues des propos face aux interprétations). Il faut dire que de tous les ouvrages de linguistiques consultés chez les auteurs arabes ou occidentaux, le thème de la femme n’a pas été traité dans son champ sémantique à ce jour. Cependant il existe quelques références qui ne manquent de pertinence.Querelle des Anciens et des modernesIl s’agit plus précisément d’Ibn Fares dans Assahibi Fi Fiq’h al Lougha, Atha’alibi, Fi Fiq’hal Lougha Wa Asrazr al Arabya  (La philologie et les secrets de la langue arabe), Hadj Salah dans Al Madrassa Al Khalilia wa Machaqil ‘laj Al Arabya bi al Hassoub  (L’école Khalilienne et les problèmes dans le traitement de la langue arabe par l’ordinateur),Abdeslam Almasaadi Fi Al Ousloub wa al Ousloubia (Le style et la stylistique), Ahmed Omar Fi ‘ilm al Dalala (science de la sémantique) et Ibrahim Anis Dalalatou al Alfadh (La sémantique des vocables).Quant aux ouvrages en langues étrangères, je citerai Ferdinand de Saussure dans Cours de linguistique générale, Jean Dubois dans Dictionnaire de linguistique et Vocabulaire politique et social en France, Louis Hjelmslev dans Prolégomènes à une théorie du langage, George Mounin dans Clés pour la Sémantique et Clefs pour la Linguistique, Rey Debove Josette dans La linguistique du signe : une approche sémiotique du signe, Aïno Niklas Saliminem dans La Lexicologie. Mais pouvoir cerner dans cette étude sémantique concernant « La Femme dans le Saint Coran » où le Message s’adresse à toute la Nation dans ses genres masculin et féminin, est chose complexe dans tous les attributs qui sont siennes.Il faut retenir tout de même les différentes nuances relevées par les savants et académiciens musulmans de la langue dans leurs commentaires du texte coranique. En fait, l’Islam honore, protège la femme et défend ses droits en interdisant toute injustice ou hostilité à son égard.Comment pourrait-il en être autrement alors que ce sont des règles énoncées par le meilleur des Juges et une Révélation de la part du Seigneur de l’UniversEn ayant relu les récits coraniques narrés chronologiquement dans une des langues les plus sublimes et impressionnante de ce Livre sacré, comment pouvoir assimiler le Message divin qui nous décrit d’une manière émérite dans une symbiose où théologie, sémantique, rhétorique, tous embellis dans une langue raffinée dont l’esthétique architecturale reste incomparable à tout texte et prête pour la méditation.                                    Pr Fatima OULD HOCINE ép. HAICHOURProfesseur en Linguistique-Université d’Alger 2BIBLIOGRAPHIE :1- Gardin(J.C) : Analyse conceptuelle du Coran-Mouton 1963.2-  Hjelslev(L) : Prolégomènes à une théorie du langage Editions   de Minuit Paris 1971.3- Aino Niklas Salminem : La Lexicologie Editions Armand Colin Paris 1978.4- Firth (J.R): Papers in Linguistics, Oxford University Press London 1957.5- Dubois(J): Le Vocabulaire Politique et Social en France Larousse Paris 6- Dictionnaire linguistique Larousse 1973.6-  Francis (J) :l’Analyse des énoncés moraux avant Augustin dans  théorie des Actes du langage Ethique et Droit PUF Paris 1986.7- Lyons(J) : Sémantique Linguistique traduction J- Durand/ D Boulonnais Université Paris 1979.8- Mounin (G) : Clefs pour la linguistique et la Sémantique Editions Seghers Paris 1071/72.9- بتاجي محمد:مكانة المرأة في القرآن والسنة الصحيحة، الحقوق السياسية والاجتماعية للمرأة في المجتمع الإسلامي ، دراسة مؤصلة موثقة مقارنة دار السلام للطباعة والنشر والتوزيع القاهرة 2000.- تمام حسان: اللغة العربية معناها ومبناها، الهيئة المصرية العامة للكتاب، القاهرة  1979-الجرجاني (عبد القاهر): دلائل الإعجاز في علم المعاني، تعليق محمود محمد شاكر،مطبعة المدني بالقاهرة دار المدني بجدة،طبعة3،1992-الحاج صالح (عبد الرحمان):المدرسة الخليلية الحديثة ومشاكل علاج العربية بالحاسوب   محاضرة مرقونة ألقاها في ملتقى اللسانيات بكلية جامعة الرباط المغرب1990-حلمي خليل: الكلمة دراسة لغوية معجمية، الهيئة المصرية العامة للكتاب فرع الإسكندرية 1980الداية (فايز): علم الدلالة العربي،النظرية والتطبيق، دراسة تاريخية تأصيلية نقدية، ديوان المطبوعات الجامعية، الجزائر1973الدوادي ( محمد السيد): من كنوز القرآن بحوث لغوية متنوعة، دار المعارف، القاهرة1981   -السيوطي (جلال الدين عبد الرحمن) : الإتقان في علوم القرآن، مكتبة ومطبعة مصطفى الحلبي وأولاده صر، طبعة3، 1951 -صولة عبد الله : الحجاج في القرآن الكريم، من خلال خصائصه الأسلوبية، جامعة منوبة،تونس،2001 -بن عاشور(محمد الطاهر): تفسير التحرير والتنوير، الدار التونسية للنشر، تونس، أفريل1984   -القرطاجني(حازم بن محمد): منهاج البلغاء وسراج الأدباء تحقيق محمد الحبيب بن الخوجة دار الغرب الإسلامي، الطبعة الثانية، بيروت طبعة2،1980 جامعة الجزائركلية الآداب واللغات (قسم اللغة العربية وآدابها) صفات المرأة المادية والمعنوية في القرآن الكريم (دراسة دلالية)أطروحة مقدمة لنيل شهادة دكتوراه الدولة في اللسانياتاعداد: فاطمة ولد حسين هيشور
GUERRE DE LIBERATION

Repère et Symbole

Le 1er novembre 1954

FIGURES HISTORIQUES
GRANDES DATES
MEMOIRE
UNE VILLE, UNE HISTOIRE