Un pôle universitaire de référence
El-Harrach

Par Hassina AMROUNI
Publié le 07 avr 2019
Avec plusieurs écoles supérieures implantées sur son territoire, El-Harrach est considérée comme un pôle universitaire de référence.

Prenant le relais de l’Ecole pratique d’agriculture de Rouiba, ouverte en 1882 qui, elle, jetait les bases de l’enseignement agronomique en Algérie, l’Ecole d’agriculture algérienne, actuelle Ecole nationale supérieure d’agronomie (ex Institut national d’agronomie), sous l’impulsion des botanistes Louis Trabut et René Maire, sera la première à ouvrir ses portes sur le plateau de Belfort (aujourd’hui Hassan Badi), accueillant dès 1905 ses premiers étudiants.
Durant la Première Guerre mondiale (1914-1918), l’école ferme ses portes pour rouvrir en 1919. A travers un programme d’enseignement riche, l’Ecole espère former des ingénieurs qui pourront développer, voire répondre aux besoins de l’agriculture coloniale.
A partir de 1921, les étudiants, admis par voie de concours, vont suivre un cycle supérieur de deux ans qui sera sanctionné par un diplôme d’ingénieur, comparable à celui délivré par les établissements d’enseignements supérieurs en France.
Dans l’entre-deux-guerres, le paysage agricole va subir les contres-coups de la crise économique. Certaines petites exploitations vont disparaitre (cultures vivrières et d’élevage), englouties par les grandes propriétés foncières coloniales (viticulture de cuve).
Dès lors, la réforme de la formation des cadres supérieurs agricoles va s’imposer comme une nécessité pour être en phase avec ce nouvel environnement agricole. L’école va donc proposer à ses étudiants une formation plus approfondie s’étalant sur une durée de cinq années pour le titre d’ingénieur agricole. Au lendemain de l’indépendance, les bacheliers continueront à rejoindre les bancs de l’Institut agricole d’Algérie, lesquels, une fois diplômés, vont devenir les premiers cadres de l’agriculture algérienne postindépendance. En 1968, l’Institut agricole d’Algérie devient l’Institut national d’agronomie (INA), un changement de dénomination accompagné d’une refonte des programmes d’enseignement, d’autant que l’établissement passe sous tutelle du ministère de l’Education nationale de l’époque.
Depuis, l’Ecole ne cessera d’évoluer, proposant aux futurs ingénieurs agronomes une formation de qualité. Il est à noter que depuis 1962, pas moins de 5000 ingénieurs agronomes ont été formés dont certains occuperont des postes dans les hautes sphères de l’Etat ou dans des organismes internationaux (FAO, Unesco, Icarda…)

Ecole Nationale Polytechnique (ENP)

Egalement située dans le quartier de Belfort, l’Institut industriel d’Algérie qui devient l’Ecole industrielle coloniale ouvre ses portes en 1926 pour former des techniciens supérieurs « destinés aux grands services publics et aux entreprises industrielles et de travaux publics ».
Fermé durant la Seconde Guerre mondiale, il rouvre en 1945 avec une série de réformes, notamment concernant le niveau des études qui passe à un degré plus élevé.
Le diplôme d’ingénieur des travaux publics et du bâtiment est délivré à partir de 1950 et, en 1955, d’autres spécialités vont être introduites comme l’électrotechnique, l’électronique ou la mécanique.
Après l’indépendance, et à partir de novembre 1962, l’école est rouverte sur instruction du ministère de l’Education nationale algérien de l’époque sous la dénomination Ecole nationale polytechnique.
Aujourd’hui, l’Ecole peut se targuer d’avoir formé près de 8000 ingénieurs.

L’Ecole nationale Vétérinaire et l’Ecole d’Architecture et d’Urbanisme

En 1970, deux autres écoles supérieures vont voir le jour à Belfort, renforçant ainsi le pôle universitaire formé par les écoles citées plus haut. Il s’agit de l’Ecole nationale vétérinaire (ENV) et l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme (EPAU).
Ces deux écoles, à travers des formations diplômantes de qualité, ont offert à l’Algérie des cadres hautement qualifiés qui ont contribué à l’essor de leurs secteurs respectifs.

Hassina Amrouni

Sources
https://www.memoria.dz/oct-2016/une-ville-une-histoire/la-premi-re-cole-...
https://www.ensa.dz/
http://www.enp.edu.dz/
http://www.epau-alger.edu.dz/index.php/l-ecole/presentation-de-l-ecole

DOSSIER

Un duo improbable

Adjel Adjoul - Mostefa Benboulaïd

GUERRE DE LIBERATION

L'héroïne oubliée

La Moudjahida condamnée à mort Mme Ghomrani Zohra dite Houria

FIGURES HISTORIQUES

Le Moudjahid Benmaouche Ali

Évocation de l’un des héros de la wilaya III historique

GRANDES DATES

Les massacres du 8 Mai 1945

Le visage horrible de la France coloniale