Un homme de compromis et d’une grande probité
Abdelhamid Mehri

Par Fateh Adli
Publié le 10 avr 2017
Le 30 janvier 2011, décédait à Alger, une figure historique du mouvement de libération nationale, Abdelhamid Mehri.Connu pour sa probité, sa simplicité, son humilité même, Abdelhamid Mehri avait fortement marqué ceux qui l’avaient approché, pendant les dures années de la guerre de libération nationale et après l’indépendance. Secrétaire général du FLN de 1988 à 1996, il s’était distingué par ses ouvertures de paix, ses appels à la coexistence de forces politiques diverses, au rejet de l’exclusion et de la violence. Il appuya la mise en œuvre de solutions de compromis réunissant des forces politiques d’horizons divers unies dans une même démarche de rapprochement et d’acceptation de l’autre. Il œuvra pour la réconciliation nationale. Il a laissé le souvenir d’un homme de grande stature qui a impressionné ses partisans et adversaires.

Né en 1926 dans la région de Constantine, Abdelhamid Mehri a rejoint très tôt les rangs du mouvement national, d’abord le PPA, puis le MTLD dont il a été membre du comité central. Il continue ses études à l’université de Zitouna en Tunisie. Par la suite, Il est rappelé en Algérie où il dirige la presse arabe du Mouvement. Il est arrêté par les forces coloniales en novembre1954,  juste après le déclenchement de la guerre de libération nationale. Libéré en avril 1955, il rejoint le FLN. Au congrès de la Soummam, il est désigné membre du CNRA. En 1957, il entre à l’état-major de la Révolution, le nouveau  CCE désigné suite à la réunion du CNRA qui s’est tenue au Caire. Il siège aux côtés des cinq chefs militaires (Krim Belkacem, Abdelhafid Boussouf, Lakhdar Bentobbal, Amer Ouamrane, Mahmoud Chérif) et des têtes dites « politiques » (Abane Ramdane , Ferhat Abbas, Mohamed Lamine Debaghine). Il est affecté à la délégation extérieure du FLN. Dans le premier GPRA constitué en septembre 1958, il est ministre des Affaires nord africaines. Dans le deuxième GPRA, désigné  le 19 janvier 1961, Il est ministre des affaires sociales. Au lendemain de l’indépendance, il est directeur de l’Ecole normale de Bouzaréah. De 1965 à 1976, il est secrétaire général du ministère de l’Education nationale. En 1979, il, est nommé ministre de l’Information et de la Culture. Ambassadeur à Paris de 1984 à 1988, il est ensuite secrétaire général du FLN de 1988 à 1996. Il s’est fait remarquer  par ses efforts pour trouver un compris politique à même de mettre fin à la violence armée qui ensanglantait le pays. Il s’est rapproché des autres dirigeants historiques, tels Aït Ahmed et Ben Bella pour appuyer une sortie de la situation de violence. Certains se souviennent de l’avoir croisé dans les couloirs de l’administration de l’éducation quand il menait des démarches pour sa femme qui était enseignante et dont la maladie l’avait beaucoup affecté. Il était resté toujours impressionnant avec sa démarche fière et sa grande simplicité. Beaucoup se souviennent de ses conférences où il appelait les militants à la persévérance, rappelant les dures années du mouvement national où les militants de l’indépendance avaient traversé des périodes de découragement. Il réussissait toujours à communiquer son enthousiasme. Il considérait l’union des militants comme étant le bien le plus précieux qu’il fallait préserver au-delà des différences de position et des lectures politiques parfois opposées. Abdelhamid Mehri a été particulièrement marqué par les grands objectifs de sa vie de militant, en particulier l’indépendance du pays puis sa démocratisation, la construction du Maghreb et la promotion de l’école publique. Il a toujours été fidèle à ses principes, restant très proche des militants et continuellement à leur écoute.

Boualem Touarigt

FIGURES HISTORIQUES

Le génie d’un dirigeant de la Révolution

Si Salah Boubenider Alias Sawt Al Arab, le dernier colonel ALN de la Wilaya II

GRANDES DATES

La modestie des grands

Mohamed Benaïssa dit Mohamed Ben Mohamed

GUERRE DE LIBERATION

Une stèle érigée à la mémoire des 17 martyrs d’Aït Oumaouche

À l’occasion de la célébration de la fête de la victoire

MEMOIRE

Le redoutable fidaï d’Aïn Beïda

Le chahid Boudjemaâ Ilihem

MOUVEMENT NATIONAL

Un guerrier hors pair

Le chahid Ahmed Maouche dit Ahmed N’Abdallah

UNE VILLE, UNE HISTOIRE